Vidéos

UNE MINUTE DE DANSE PAR JOUR / impro journalières pendant le confinement (nous soutenons et rejoignons l’initiative de la danseuse Nadia Vadori-Gauthier, plus d’infos ICI)
Cliquez sur le jour pour accéder à la vidéo :

jour 1 :
Montpellier, 17.03.20, 00h17
Au départ, il y a le début d’un truc, d’un élan, d’un courant. Faut le suivre, tu le lâches pas, il va quelque part. Puis, c’est comme un labyrinthe, tu te prends des murs, tu pars au mauvais endroit, et à un moment, tu sens que c’est là. Tu lâches pas.
Je te suis cher élan, les yeux fermés, je te suis chère Nadya, je vous suis chers tous!

jour 2 :
Montpellier 17.03.20, 21h
Tout a coup c’est devenu grand, chaque recoin est devenu un espace immense. Est-ce que cet espace allait m’engloutir ? Je l’ai d’abord regardé franchement, j’ai appréhendé chaque mètre carré. L’espace s’est ensuite rempli de musique, il s’est tenté d’une multitude de couleurs. Je suis allée l’habiter. Je bouge maintenant avec les présences en puissance qui constituent le plein tout en comblant le vide des absences effectives.

jour 3 :
Montpellier, 18.03.20, 20h
Tu sais j’ai envie d’aller là bas, la fenêtre en face et de visiter ton paradis.

jour 4 :
Montpellier, 19 mars 2020, 21h17
Et on se dit : il faut ralentir le ryhtme.
C’est ce qu’on a fait.

jour 5 :
Montpellier 20 mars, 00h42
Y avait cette lourdeur là et puis j’ai cédé. J’ai laissé la gravité gagner un peu, juste pour cette fois. Pour cette fois, je n’allais pas rester verticale, ce qui devait s’écrouler s’est écroulé. Appuis fébriles, regard circulant entre quadrillage du carrelage et lumière crue venu du haut, tête qui tourne: j’ai démocratisé l’espace. Le plafond maintenant à la même valeur que le sol et que n’importe quel autre endroit, la terre à la même valeur que le ciel. Me revoilà à nouveau verticale, sans effort, sans lutte aucune.

jour 6 :
Montpellier, 21.03.20, 22h01
Se prendre de haut.

jour 9 :
Montpellier 23.03.20, 21h23
Jeux de pas.

Jour 10 :
Montpellier, 25.03.20, 19h42
Petit espace. Tu m’accueilles, dans le noir. Je n’entends pas le temps passer dehors, je ne vois pas la lumière changer, je reste comme ça, suspendue dans cette bulle insonorisée qui dure, qui flotte, qui dévaste aussi.
La lutte commence. Elle consiste à ne pas laisser une idée prendre toute la place, elle protège la douceur, elle va sans relâche tirer les lèvres vers le haut pour que le sourire perdure.
Alors comme il parait qu’on est en guerre, je lutte, je m’entraîne à faire d’un obstacle un support.

Jour 12 :
Montpellier, 27.03.20, 23h55
Si tout s’arrête net, est-ce qu’on s’en remet ?
L’engrenage est en route depuis tellement longtemps, l’élan est lancé. Ça demande un effort de s’arrêter et puis, peut-être qu’on ne sait plus bien comment tenir debout ?
Le déséquilibre est absorbé par le ventre et puis il est récupéré par la terre.
Il semble qu’on soit en capacité physique de se stopper net et de ne pas tomber.
Puisse un arrêt radical ouvrir le champs des possibles et nous faire explorer des trajectoires inhabituelles.

Jour 13 :
Montpellier 28.03.20, 01h20
Bonjour ma nuit
ton noir est accueillant
ton silence est fiable
ton temps est immense
ton vide est abyssale et viens épouser le mien
bonjour ma nuit, fidèle et généreuse
tu ne cesses de m’aider à fabriquer de la densité à partir du petit, du minuscule
je te prolonge, j’emmènerai quelque chose de toi à la lumière demain matin

Jour 14 :
Montpellier, 29.03.20, 20h09
Confusion thermique dominicale
Faudrait plonger un thermomètre dans le coeur

Jour 15 :
Montpellier, 30.03.20, 13h00
Je m’approche très près et puis je me projette très loin. C’est tout le temps comme ça.
Puis je t’évite,
Y a toujours ce moment là où tout résiste,
et pourtant quand tu es trop loin ça me rend fébrile
J’aimerai vraiment réussir à trouver la bonne distance et puis aussi le bon trajet
Je crois que c’est pas forcément celui qui va de bas en haut, comme une progression lisse et parfaite
C’est plutôt celui propulse régulièrement au sommet
Et alors ça veut dire qu’il y a aussi des putains de zones de turbulences
mais quand ça secoue, ça remet les idées en place.

Jour 16 :
Montpellier, 31.03.20, 23h
Que la nature reprenne ses droits.

Jour 19 : 
Montpellier, 03.04.20
Et continuer à tisser du lien

Jour 20 :
Montpellier, 04.04.20
Trouver le juste endroit
entre tension et relâchement
entre effort et détente

Jour 22 :
Montpellier, 06.04.20
Duo avec un poto 

Jour 24 :
Montpellier, 08.04.20
Je m’énerve
Les syllabes se cherchent sans pouvoir former un mot
Les tripes avant le mental
J’abandonne cette quête de vouloir tout comprendre
C’est pour ça que j’ai choisi cette chanson

Jour 25 :
Montpellier 09.04.20
Comme un poisson rouge dans son bocal

Jour 26 :
Montpellier, 10.04.20
Intérieur inconstant
Diaphragme hoquetant
Colonne vacillante
Côtes flottantes

Jour 27 :
Montpellier, 11.04.20
Choisir toujours une autre direction.

Jour 28 :
Montpellier, 12.04.20
Correspondance:
Chers mains et chers pieds,
Pouvez-vous, s’il vous plait, tenter de communiquer de manière cohérente ?
Je vous en remercie,
Le centre.

Jour 29 :
Montpellier, 13.04.20
Et ça continue.
Puisse un mouvement en amener un autre dans un continuum incessant,
Qu’il épuise le temps comme du sable dans un sablier.

Jour 30 :
Montpellier, 14.04.20
Et après ?
Trouver des manières de rebondir

Jour 36 :
Montpellier, 20.04.20
Tu crois aux fantômes ?
MUSIQUE: Saez, Le Manifeste – Tu crois aux fantômes ?

Jour 40 :
Montpellier, 24.04.20
Tu les vois les étoiles ?
MUSIQUE: Saez, Le Manifeste, Pierrot dans l’espace.
–> Pour entendre le texte complet, rdv sur culturecontreculture.fr

Jour 41 :
25.04.20
Légèreté, douceur, calme.
MUSIQUE: Brule – Sniper

 

 

 

————————————-

Impro mensuelle en appartement (2020):

Impro mensuelles en appartement (2019):

Teaser du solo ERRANCES

Teaser du duo LA OU TU TE POSES

Captation partielle du DUO BLEU ELECTRIQUE, novembre 2015, Théâtre La Vignette (Montpellier). Création sonore de Valentin Gratio et video de Samuel Layre

DUO BLEU ELECTRIQUE (première version), à Réalis, pépinière des entreprises de l’économie et du social, Montpellier, janvier 2015, captation et montage vidéo Samuel Layre.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s